Trois-roues : les clés du succès français

Innovant, performant et sécurisant, le scooter trois-roues est devenu un incontournable de la mobilité urbaine française et européenne. Décryptage d’une success story partie pour durer.

 

Un marché européen tiré par l’Hexagone

 

En 2006, lorsqu’il est apparu dans l’Hexagone, passants et conducteurs l’ont regardé avec surprise. Un nouvel engin, qui ne ressemble pas tout à fait un scooter, et encore moins à une voiture… Plus grand, plus large, plus puissant que ses homologues… Et pourtant. Aujourd’hui, les scooters trois-roues sont de plus en plus nombreux à arpenter les pavés des grandes villes françaises et européennes, et leur périphérie. En quinze ans, ces nouveaux véhicules ont révolutionné le concept du deux-roues et le confort de la mobilité grâce à des modèles puissants, confortables et à la sécurité jusque-là inégalée. 

 

À l’échelle mondiale, l’Europe représente aujourd’hui le plus gros marché des scooters trois-roues, emmené par trois pays : la France, l’Allemagne et l’Espagne[1]. L’Hexagone représente à lui-seul 50 % des ventes. Preuve, s’il en fallait, que les Français ont rapidement été séduits par cette nouvelle mobilité. Et pour cause.

 

De puissantes cylindrées accessibles à tous (ou presque)

 

Le scooter trois-roues offre un privilège non négligeable à son pilote : celui de pouvoir conduire une grosse cylindrée (jusqu’à 500 cc) sans détenir le permis A. En effet, le scooter trois-roues entre dans la même catégorie que les véhicules 125 cc, et ne nécessite que le passage par une formation de 7h (à la journée). Côté sécurité, il ne laisse rien au hasard. Parmi les quelques marques qui se sont lancées sur le secteur, il y a Peugeot Motocycles. Peugeot Metropolis, son véhicule le plus puissant, est un exemple emblématique. Ses technologies de pointe empruntées à l’automobile (ABS, système d’allumage des warnings en cas de freinage d’urgence et sa stabilité optimale  ̶  son système anti-tilting bloque les roues avant afin de ne jamais avoir à poser le pied à terre) en font un compagnon idéal pour les déplacements urbains et péri-urbains. Côté confort, le trois-roues dispose toujours d’une selle plus large que ses homologues à deux-roues, ainsi que d’une plus grande capacité de stockage.

Ce véhicule est définitivement devenu le symbole de l’alliance entre praticité, performance et élégance. Le tout, pensé pour la ville.

 

Peugeot Metropolis : le scooter, la connectivité en plus

 

En septembre 2020, Peugeot Motocycles présente la version redesignée du Peugeot Metropolis. Un trois-roues puissant de 400 cc, sécurisant et connecté, qui impose sa griffe sur le segment des scooters premium. Dernier-né du savoir-faire des ateliers de Mandeure (Doubs), siège historique de la marque, il arbore un moteur 100 % français, répondant aux exigences de la norme Euro 5, et issu de plus de 120 ans de savoir-faire Peugeot Motocycles.

 

Peugeot Metropolis se veut l’un des scooters trois-roues les plus performants du marché. Son atout majeur en 2020 ? Sa connectivité premium. Smart Key avec une sensibilité de 1,50m, tableau de bord connecté à l’application Peugeot Motocycles, système de guidage virage par virage… Toutes ses nouveautés devraient terminer de convaincre les automobilistes encore hésitants. Pour plus de sécurité, son tableau de bord a été réhaussé, permettant une position du pilote plus confortable et naturelle.

Enfin, cerise sur le gâteau, sa puissance n’est pas synonyme de gourmandise. Pensé pour limiter la consommation de carburant, il peut parcourir jusqu’à 300 km avec un plein de 13,5 litres.

 

Quant à sa silhouette travaillée et ses lignes témoignant de l’ADN familial de la marque, elles achèveront de convaincre les conducteurs sur le point de franchir le pas.

 

Une chose est sûre : le trois-roues a de beaux jours devant lui. Et ce n’est pas la période actuelle qui nous contredira. Avec des axes de circulation saturés, des transports en commun contraignants où la distanciation sociale est compliquée à respecter et l’arrivée des intempéries automnales et hivernales, il continue de s’imposer comme une évidence dans le paysage de la mobilité française. 

 

[1] Source : Association européenne des constructeurs de motocycles, ACEM.